• tourisme-royabevera
  • culture-royabevera
  • sport-royabevera

La Route Royale (route du sel)

"La Route du Baroque Nisso-Ligure" dans les vallées de la Roya et  de la Bévéra

REAL STRADA (dite Route du Sel)

La Route Royale de Nice à Turin
La première route carrossable à travers les Alpes
__________________________________________________________________________________________

L’itinéraire que vous empruntez lorsque vous voyagez de Nice à Tende en passant par les vallées  du Paillon,  de la Bévéra et de la Roya,  est une  voie de communication chargée d’histoire .

Depuis le Moyen-Age la Route du sel  partait de Nice pour rejoindre le    Piémont.  Elle longeait la vallée du Paillon,  traversait le village de L’Escarène,  empruntait le col de Braus, arrivait à Sospel dans la vallée de la Bévéra, et continuait  son parcours par le col de Bruis, redescendait dans la vallée de la  Roya  et remontait sur le col de  Tende pour aller vers le Pièmont.

En 1388 c’est  la dédition* aux états de Savoie, de Nice et du territoire que le XVIème siècle nommera Comté de Nice. Sous la domination savoyarde la route devient alors un axe fondamental  d’échange entre Nice et le Piémont.

Dans l’acte de dédition, le Comte de Savoie s’engage à maintenir la gabelle
(impôt) du sel à Nice et à assurer la liberté de communication entre la cité et le Piémont,.par cet acte le devenir de la route est assuré d’entrée de jeu.

DES TRAVAUX POUR UNE NOUVELLE ROUTE
________________________________________________________________

En 1581 Charles Emmanuel 1ER  de Savoie entrera en possession de Tende et maîtrisera tout l’itinéraire entre Nice et Piémont. Turin devient alors la capitale des Etats de Savoie en 1568.

Ambitieux et cultivé ce souverain prend une série de mesures favorables au développement de ses états.

Il accorde ainsi la franchise aux ports de Nice et de Villefranche et dès 1610 commande les travaux pour une nouvelle route.
Dans le texte qui accompagne certaines gravures  du XVIIème siècle concernant  les villages des vallées Roya Bévéra , une place de choix est réservé à cette route, on peut y lire « La splendide route, unique en son genre, rivalisant avec les réalisations importantes des Egyptiens et des Romains (…) ».   Ceci dit la route n’était à cette époque qu’une voie muletière susceptible d’accueillir des véhicules sur certains tronçons.


Les passages les plus difficiles ont été aménagés en priorité. Ainsi en va-t-il des gorges de la Roya, à hauteur du village de Saorge, c’est d’ailleurs à cet endroit que se trouve la plaque commémorative de la construction de la route, gravée à même le roc.

En 1616 le village de Fontan est crée à la suite d’une ordonnance royale pour servir de relais entre Sospel et Tende.

En 1679  on décide de rendre carrossable, c'est-à-dire accessible à des voitures à quatre chevaux, un itinéraire pour se rendre  de Nice en Pièmont, mais ce n’est pas tout de suite celui de la Roya qui est retenu, apparemment deux itinéraires sont proposés, la Roya et la Vésubie.
Les nombreuses  discussions autour  de lectures de cartes détaillées  permettent  d’argumenter en la faveur de la Roya.
 
L’itinéraire est choisi et c’est seulement un siècle plus tard en 1780 que Victor Amédée III inaugurera la nouvelle route carrossable ouverte aux quatre roues reliant Nice à Cuneo

Le chemin ducal devient la REAL STRADA (Route Royale), pour commémorer cet événement une nouvelle plaque est sculptée dans le roc des gorges de Saorge.

Avec le creusement du port de Nice en1749, Charles Emmanuel III de Savoie a l’ambition de développer et de promouvoir le commerce international entre la méditerranée et l’Europe  continentale par l’intermédiaire de ses Etats.

Avec cette route carrossable, les ports de Nice et Villefranche, les nouvelles fabriques, les inscriptions monumentales gravées sur les flancs de la montagne, la création de Fontan nouveau village étape, la Maison de Savoie montre bien sa volonté de relier la Méditerranée au Nord de l’Europe afin de hisser Turin au premier rang des capitales Européennes.

DECLIN DE LA ROUTE
________________________________________________________________
Bien que la Route Royale ait  joué un rôle important dans les campagnes de la révolution et de l’empire, le bouleversement de l’histoire en fit une victime. Le mouvement centralisateur d’une économie européenne moderne n’a pas hésité pour atteindre son but à casser les pratiques traditionnelles des montagnes niçoises.

Les voies de contournement  des agglomérations, s’étant multipliées, comme à l’Escarène, à Sospel, à Breil, à Tende, elles obligèrent les activités d’artisanat et de services à se déplacer ou à disparaître.
La restauration en attribuant  au royaume de Sarde le puissant port de Gênes inaugurait le déclin du port de Nice.
La route royale ne connut  jamais le grand destin auquel elle était promise.


*Une dédition est  le rattachement d’une population  à un autre  état que le sien,   ce dernier ne  lui garantissant  plus ce qui était prévu au contrat. .Nice qui appartenait au comté de Provence vote en 1388 le rattachement aux   Etats de Savoie.

Imprimer